Ce site utilise javascript pour fonctionner. Pour une expérience optimale, merci de bien vouloir l'activer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Présentation des travaux du GRFDA
AA

Présentation des travaux du GRFDA

Depuis sa création le GRFDA soutenu et aidé par les associations ARMR (Association des rapatriés Mineurs au moment de l’Indépendance) et MAFA (Maison des agriculteurs et des français d’Afrique du Nord) a eu une activité ininterrompue qui se solde par un bilan relativement positif

ETABLISSEMENT DES LISTES DES DISPARUS

Avant 2003 un gros travail a été réalisé pour dresser la liste des disparus.

Diverses listes établies par les associations, des particuliers, la Croix Rouge Internationale et les consulats (liste du Ministère de Affaires Etrangères) ont été remises au général Faivre.

Après consultation, une première liste a pu être établie et a servi de base à notre étude. Elle fut corrigée ultérieurement par la commission « disparus » de la Mission Interministérielle aux Rapatriés (MIR).

Les travaux de plusieurs historiens ont apporté leur contribution à la connaissance de ce dossier.

Ces différentes listes sont aujourd’hui disponibles sur demande auprès du GRFDA.

 

RAPPORT DU CICR

Le rapport du Comité International de la Croix Rouge (CICR) fut remis au Général Faivre le 17 Avril 2003.Tenu secret depuis 1963, il confirmait l’impuissance des enquêteurs dans le climat d’insécurité qui régnait alors en Algérie. Il était accompagné de fiches individuelles que les familles ont pu réclamer au ministère des affaires étrangères. Dès-lors, les archives furent ouvertes à nos historiens et les familles purent consulter les dossiers de leurs proches.

 

MISE EN PLACE DE LA COMMISSION « DISPARUS »

En Mai 2009 le président de la MIR, Monsieur Renaud Bachy a créé, avec la participation de membres du GRFDA et du Cercle Algérianiste sous l’autorité de l’historien Jean-Jacques Jordi la commission « Disparus ». Elle avait pour but de revoir la liste établie par le ministère des affaires étrangères en Juillet 2005 et révisée le 5 Mai 2008 afin qu’elle se rapproche le plus possible de la réalité. Les chiffres estimés par cette commission sont les suivants :

                *1583 personnes enlevées portées disparues

                *171 personnes au sort incertain

                *123 personnes enlevées dont les corps ont été retrouvés et inhumés sans que les familles en soient informées.

Ces chiffres de disparus peuvent-être encore complétés notamment par les travaux toujours en cours du GRFDA, de Jean-Claude Rosso coordonnés par J.-J. Jordi.

 

MEMORIAL DU QUAI BRANLY

Suite à la mise en place par arrêté du 3 Mars 1998 d’un groupe de réflexion chargé de déterminer les modalités de création d’un mémorial national de la guerre d’Algérie, un monument dédié à la mémoire des combattants morts pour la France et aux supplétifs après le cessez-le-feu, a été érigé quai Branly (RER : ligne C, station Champs de Mars-Tour Eiffel) /Métro : ligne 6, station Bir-Hakeim).

Ce monument a été inauguré le 5 Décembre 2002 par le président Jacques Chirac et se présente sous la forme de 3 colonnes bleu, blanc, rouge.

En 2005, pour la première fois, les enlèvements pratiqués en Algérie du 1er Novembre 1954 à Décembre 1962 ont été reconnus dans le cadre de la loi du 23 Février 2005 portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des français rapatriés. Elle associe à l’hommage rendu aux combattants morts pour la France en Afrique du Nord les personnes disparues et les populations civiles victimes de massacres et d’exactions commis pendant la guerre d’Algérie et après le 19 Mars 1962 en violation des accords d’Evian ainsi que les victimes civiles des combats du Maroc et de la Tunisie.

Une plaque portant une dédicace collective a été apposée en 2006 près du mémorial.

A la demande du GRFDA d’une véritable matérialisation de la loi de 2005, il a été répondu favorablement. La liste des enlevés portés disparus a été affichée sur la colonne blanche du monument depuis le 28 Février 2012.

Cette reconnaissance officielle du drame de nos disparus sur un monument national fut une grande victoire. Cependant nous devons faire acte de présence lors des cérémonies commémoratives et faire preuve de vigilance.

C’est pourquoi le GRFDA s’est déclaré en association le 28 février 2015 et a déposé ses statuts.

 

A lire aussi : 
Etude sur le nombre d’européens victimes d’enlèvement au cours de la guerre d’Algérie de 1954
au 2 juillet 1962 et dans les mois qui suivirent l’indépendance

Restez informés !

Souscrivez à notre newsletter, et recevez nos dernières nouvelles
directement dans votre boîte mail.

Restons connectés !

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives