Ce site utilise javascript pour fonctionner. Pour une expérience optimale, merci de bien vouloir l'activer.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

La guerre d'Algérie. Les combattants français et leur mémoire
AA

La guerre d'Algérie. Les combattants français et leur mémoire

De Jauffret Jean-Charles, Odile Jacob, 2016

En 21 ans de recherche avec ses étudiants en master, JC Jauffret a recueilli les témoignages d'un millier de soldats appelés en guerre d'Algérie, d'une trentaine de professionnels et de 40 officiers de réserve ; il a consulté environ 200 fonds privés. Il accompagne ces témoignages de rappels documentaires sur les conditions du service militaire (révision, sélection, formation et entraînement, voyage en Algérie, accueil, vie en poste, permissions), sur les procédés tactiques (embuscades, harcèlements, fouilles de grotte, mines et pièges, regroupements) et sur les épreuves supportées (privations, pertes, horreurs du FLN, irradiés, troubles psychiques). En outre, des descriptions bucoliques évoquent les paysages et le climat de l'Algérie.

Les jugements exprimés par les appelés sont diversifiés et restent dans le cadre de l'emploi journalier ; chacun a vécu sa guerre au niveau de l'unité élémentaire, différente de l'unité voisine. A la façon de Fabrice del Dongo à Waterloo, ils ne comprennent pas toujours les motifs ni les résultats obtenus. 25% estiment que leur séjour a été inutile, 19 % qu'on a volé leur jeunesse, 20 % qu'ils ont accompli leur devoir. Ces estimations ne valent que pour 1.000 témoins et ont la même valeur historique que les sondages d'opinion ; les officiers d'active ne sont pas cités ; les témoignages des exécutants ne sont donc pas recoupés par une autorité d'emploi.

Des témoignages positifs font état du moral de vainqueur des combattants, de la qualité de l'encadrement, de la solidarité vécue au sein de la famille militaire, de l'efficacité du service de santé, des relations de sympathie ou de méfiance vis-à-vis de la population européenne et musulmane. 1.100 instituteurs du contingent sont fiers de l'oeuvre accomplie. De leur côté, les porteurs de valises estiment à juste titre qu'ils ont été « les gogos de l'histoire ».

Ce livre n'est donc pas une nouvelle histoire de la guerre d'Algérie ; comme le note le préfacier Sirinelli, la mémoire est souvent déformante de la réalité et « la thèse du silence imposé par la honte collective ne résiste pas à l'examen ». Plutôt que de faire référence à des auteurs contestables (Mauss-Copeaux, Perrault, Halimi, Galula, Rotman, Rocard, Bollardière, Lacoste-Dujardin), il aurait fallu citer les responsables de la stratégie politico-militaire : les généraux Ely, Challe, Olié, Beaufre, les colonels Godard, Trinquier et Lacheroy.

Les rapports sur le moral affirment que les appelés ont été parfaitement disponibles, le général Ely reconnaît « les exploits d'une armée qui fut parmi les plus belles... ». Des observateurs de qualité estiment l'action menée, positive et fructueuse (Lacouture) ; elle vise à refaire une autre société que ces colonies un peu pourries (Claude Paillat). La réconciliation avec l'adversaire, tentée in fine par le sergent Fauchon, appelle la sympathie dans la mesure où elle ne constitue pas une repentance unilatérale.

Tout n'est pas dit sur les responsables politiques des manifestations de rappelés en 1955-56, sur le sous-encadrement des unités type 107 et sur le putsch. Plusieurs estimations mériteraient enfin d'être nuancées.

Quelques remarques :

- il n'y a pas 5 régiments paras dans la bataille de Souk-Ahras, p. 94

- le plan Couronne se déroule dans l'Algérois et non dans l'Oranie. p. 99

- la Force locale ne fait pas appel à des militaires de l'ALN, p.114 - à partir de 1959, les ouvertures de routes sont inutiles, p. 130

- les équipes d'EMSI ne comptent pas de médecin, p. 135

- il n'y a pas 250.000 réfugiés algériens au Maroc et en Tunisie, p. 145

- les délégués du CICR et la Commission de Sauvegarde contredisent la thèse de la torture généralisée, p. 149

- il n'y a pas 12.000 réfractaires, même le chiffre de 1.000 est exagéré, p. 161-163

Maurice Faivre
FM-GACMT (2016)

Broché : 298 pages

Editeur : Odile Jacob (13 janvier 2016)

Collection : OJ.HISTOIRE

Langue : Français

ISBN-10 : 2738133606

ISBN-13 : 978-2738133601

Restez informés !

Souscrivez à notre newsletter, et recevez nos dernières nouvelles
directement dans votre boîte mail.

Restons connectés !

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives

Ce site a été réalisé avec le soutien du ministère des armées - direction des patrimoines, de la mémoire et des archives